Tiny house autonome : Mythe ou réalité ?

arbre dans une bulle en verre avec verdure

On en entend souvent parler, et c’est souvent ce vers quoi beaucoup de tinyistes actuels ou futurs tendent : la tiny house autosuffisante.

Par autosuffisante, on entend une tiny qui n’a besoin d’aucun raccordement sur un réseau extérieur. Elle dispose donc de son propre réseau fermé d’électricité et d’eau.

Mais cela est-il possible ? Vous allez me dire : “Bah oui, c’est très simple, suffit de mettre des panneaux solaires sur le toit, des toilettes sèches, un grand réservoir d’eau, et le tour est joué !”.

Et bien, au risque de vous décevoir, c’est un peu plus compliqué que ça… Et c’est justement ça qu’on va voir ensemble aujourd’hui. Alors, sans plus attendre, voici notre guide sur la tiny autonome !

Les prérequis pour une tiny house autonome

Pourquoi qu’on puisse la qualifier “d’autonome” ou “autosuffisante”, une tiny house doit être :

  • Autonome en eau

Elle doit pouvoir récupérer, stocker et assainir l’eau en amont pour que vous puissiez l’utiliser, et en aval, pour ne pas polluer l’environnement avec les eaux grises.

  • Autonome en électricité

Ici aussi, il faut pouvoir capter de l’énergie, la transformer en électricité, stocker cette électricité et la restituer dans vos appareils électriques.

Quelles solution sont possibles pour assurer l’autonomie de sa tiny house ?

Pour le chauffage, le poêle à bois

Pour rendre sa tiny house autonome, le poêle à bois est une bonne solution. En hiver, il faut chauffer sa tiny, et les panneaux solaires ne seront pas suffisants pour alimenter un chauffage électrique, c’est sûr.

Vous avez donc l’option du poêle à bois, esthétique et très efficace, on trouve que c’est un bon moyen de chauffer sa tiny.

Il vous faudra donc faire une réserve de bois, c’est l’inconvénient. Mais un poêle à bois apporte de la chaleur au sens littéral comme au figuré, et donc un sentiment de bien être dans sa tiny house. Certains modèles vous permettront même de faire chauffer une bouilloire, ou de faire du café, et ça c’est sympa quand même.

Si vous souhaitez en lire plus, consultez notre article sur les poêles à bois de tiny house.

Pour l’eau chaude, le chauffe eau solaire

Avoir de l’eau c’est bien, mais de l’eau chaude c’est mieux, surtout pour la douche. Encore une fois, le panneaux solaire sur le toit ne produiront pas assez d’énergie pour faire tourner un chauffe eau électrique.

Vous pourrez opter pour un chauffe eau solaire, il sera composé d’un panneau solaire thermique et d’un ballon de stockage.

Attention à ne pas confondre panneau solaire thermique, qui sert à réchauffer un fluide, au panneau solaire photovoltaïque, qui lui sert à produire de l’électricité.

Le panneau solaire thermique va capter la chaleur des rayons du soleil, et réchauffer un liquide (de l’eau dans notre cas) qui y circule à l’intérieur, via un réseau de tuyaux.

Deux-en-un intéressant, le chauffe eau solaire combiné. Il va vous permettre de chauffer l’eau sanitaire (douche, robinet), mais aussi l’eau utilisée pour les radiateurs et le chauffage au sol. Pas mal du tout !

Récupération des eaux de pluie

Pour rendre sa tin house autonome en eau, il est possible d’installer des gouttières afin de récupérer l’eau de pluie. Cette eau est ensuite purifiée, généralement à l’ozone.

gouttière de récupération d'eau
Récupérez l’eau de pluie grâce à des gouttières.

Une fois purifiée, vous pouvez utiliser cette eau, pour la douche, pour l’évier, pour le lave linge ou le lave vaisselle si vous en avez.

/!\ Attention cependant, purifié ne veut pas forcément dire potable, renseignez vous donc auprès d’un expert si vous voulez rendre potable l’eau que vous avez récupérée. /!\

Lorsque vous consommez l’eau, elle se charge de produits divers, savon, cheveux, poils, impuretés, etc. Elle devient donc ce que l’on appelle une eau grise.

Cette eau grise, il faudra la traiter avant de la réutiliser ou de la rendre à la nature. Pour cela, il existe des kits d’assainissement, que vous pouvez trouver facilement sur internet.

Et les toilettes, alors ?

Pour les toilettes, vous pouvez opter pour des toilettes sèches, elles ne nécessitent pas d’eau et sont plus écologiques que des toilettes classiques. Sinon, vous pouvez tout à fait raccorder des toilettes sur votre réseau d’eau.

Utilisation de panneaux solaires de tiny house

Pour que votre tiny house soit autonome, il faut aussi qu’elle puisse vous apporter de l’électricité. Pour cela, il n’y a pas de secret, il faudra dans la grande majorité des cas utiliser des panneaux solaires.

Profitez de panneaux solaire pour produire de l’électricité.

Ces panneaux alimenteront votre tiny house en électricité, et vous pouvez les installer soit sur le toit, soit à côté de votre tiny.

Des kits sont disponibles à l’achat et comprennent tout ce dont vous avez besoin pour capter l’énergie, la stocker et la faire circuler dans votre tiny.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les panneaux solaires, sur les prix des kits, de quoi ils sont composés, et sur les avantages et inconvénients des installations photovoltaïques, vous pouvez consulter notre article dédié : Panneau solaire pour tiny house : Guide complet

Mais alors, c’est quoi qui ne va pas ?

Même si les solutions vous promettent de rendre votre tiny house autonome, en réalité, ce n’est pas vraiment le cas.

Le problème vient de la météo. Et bien oui, une fois que vous avez installé vos récupérateurs et purificateurs d’eau, encore faut-il qu’il pleuve !

Pas de soucis nous diront les Bretons 😉 , mais si l’on est en plein été dans le sud de la France, la ressource est rare.

C’est pareil pour les panneaux solaires, la nuit, ou si le soleil manque, vous vous retrouverez vite à court d’électricité.

En plus, comme on le dit dans notre article sur les panneaux photovoltaïques, vous ne pourrez pas alimenter tous les appareils électriques de votre tiny. Certains sont trop gourmands en énergie et demandent trop de puissance.

En cas de brouillard, de nuage ou la nuit, les panneaux solaires sont à l’arrêt.

C’est le cas notamment pour les fours, les plaques de cuisson, les chauffe-eau, ou même ne serait-ce qu’un sèche cheveux.

L’autonomie est toute relative donc, et en jouant sur le tout autonome, vous risquez de perdre beaucoup en confort.

Tiny house autonome prix

Le prix d’une tiny house autonome est, vous l’imaginez, plus élevé qu’une tiny raccordée au réseau. La raison à cela est qu’elle engendre des coûts supplémentaires pour les installations nécessaires.

Un panneau photovoltaïque, une batterie, des cuves d’eau et des kits de purification, ça coûte cher !

Ce qui va fortement impacter le prix lors de l’achat d’une tiny house autonome, ce sont donc aussi tous ces extras.

Pour réduire le prix, une autre solution serait bien-sûr d’acheter un tiny house autonome d’occasion. Certains sites comme celui de Collectif Tiny House recensent les tiny à vendre, n’hésitez pas à aller voir.

Ce qu’il faut retenir

Ce qu’il faut retenir surtout, c’est qui sera très difficile, d’avoir une tiny house 100% autonome.

Ceci dit, la démarche est vraiment bien, vouloir se suffire en énergie et éviter les énergies fossiles et polluantes, c’est ça aussi l’essence du mouvement des tiny house.

Le défi aujourd’hui, c’est donc de trouver le bon compromis entre des solutions d’autonomie et une possibilité de raccordement aux réseaux d’eau et d’électricité en cas de manque.

Tout ce qui pourra être récupéré et toute l’électricité produite, ce sera déjà ça de moins à faire peser sur l’environnement. Il ne faut donc pas oublier que ces alternatives qui ont un bel avenir devant elles.

C’est tout pour nous !

Merci d’avoir lu notre article sur les tiny house autonomes. Pour nous aider et participer au développement de la micro maison, n’hésitez pas à partager cet article autour de vous !

Aussi, suivez nous sur les réseaux sociaux Instagram, Facebook et Pinterest, pour rester à jour et en découvrir toujours plus sur ces merveilleuses petites maisons !

3 réactions sur “ Tiny house autonome : Mythe ou réalité ? ”

  1. Ping Vivre en tiny house : A quoi faut-il s’attendre ?

Laisser un commentaire